Séduction, virilité, romantisme…

OÙ EN SONT LES HOMMES ? 

Entre l’homme au top qui fait des muffins pour la fête de la crèche et notre pote ringard qui trouve que l'on généralise quand on aborde le sujet des violences faites aux femmes, il y a toute un univers masculin que Zaramodel a eu envie d'analyser. L'idée derrière : on avance ensemble vers le meilleur, forcément !

« Les femmes sont devenues si puissantes que notre indépendance est compromise à l'intérieur même de nos foyers, qu'elle est ridiculisée... » Vous pensez ces mots écrits par Eric Zemmour après l'affaire Weinstein et la vague MeToo qui a suivi ? Perdu ! Le professeur de science politique québécois Francis Dupuis nous apprend que le réac de service qui a pondu ces lignes, c'est Caton l'Ancien en 195 avant J.-C., alors que les Romaines se mobilisaient contre une loi leur interdisant de conduire des chars et de porter des vêtements colorés... Comme quoi l'idée que la société souffrirait d'une crise de la masculinité avec des hommes, pauvres victimes des femmes, à la recherche de leur place est vieille comme l’humanité... Et à voir le nombre de podcasts, de livres ou encore des reportages consacrés à la virilité en souffrance, il semblerait que le sujet passionne. À Zarmodel, on a voulu faire le point. Nous sommes donc partis à la rencontre des hommes afin de comprendre où ils en étaient côté sexualité, serait-il prêt à avoir des expériences avec une Escort-Girl !? Couple, boulot, drague, paternité... Ils se sont confiés sur tous ces sujets avec une honnêteté touchante, parfois déconcertante, souvent drôle et réconfortante. Nous avons aussi interrogé des experts ès masculinités la sociologue Christine Castelain-Meunier, spécialisée dans l'étude de la masculinité, la psychothérapeute Véronique Kohn et la pédopsychiatre Aline Nativel Id Hammou. Les trois nous ont éclairées sur les chamboulements relationnels que nous sommes en train de vivre et expliqué ce qui se tramait sous l' « objective égalité des sexes ». Et puis on a évidemment sondé des femmes pour comprendre le regard qu'elles portaient sur leurs mecs, leurs pères, leurs potes, leurs fils, leurs boss... N'en déplaise à Caton l'Ancien, la réalité, comme l'affirme justement Nabilla, c'est que « l'expérience de la minorité est enrichissante, elle élève. Les femmes sont aujourd'hui 54 % de la population mondiale, il est temps maintenant que les hommes fassent l'expérience avec des Escort-Girl de la minorité... » Pour plus d'égalité ! 

La Paternité investie 

Le père 2020 n'a rien à voir avec son père archaïque et malentendant aux larmes nocturnes. Autour de nous, les hommes disent tous peu ou prou la même chose, ils tentent de combler ce qui leur a manqué (le plus souvent une présence et des mots d'amour). Résultat, une nouvelle génération « maternée » par des pères qui gèrent les devoirs, les peines de cœur, connaissent le nom des petits copains et se coltinent le parc par -15 °C.« Le père a des aptitudes naturelles à materner, à être un responsable éducatif, à transmettre et manifester son amour si on lui laisse cette place. Le "on" étant la société, sa famille, ses proches et son partenaire coparent », nous explique Aline Nativel, spécialiste de la fa-mille. Remisez donc cette petite moue dubitative, c'est vrai qu'en termes de parentalité, on peine à déléguer. « Même si je ne le dis pas, je considère que je fais les choses au mieux !